Santé auditive

Santé auditive

Déficience Auditive :  16% de la population française est concernée. Il est temps d’agir !

L’Organisation mondiale de la Santé prévoit qu’en 2050, plus d’1 milliard de personnes seront en situation de déficience auditive.
Cette situation, souvent négligée, est vécue par les personnes atteintes comme une fatalité ou un tabou, d’autant plus que les représentations sociales restent négatives. Pourtant, même légère, la déficience auditive n’est pas uniquement un problème de confort. Son impact sur la santé psychologique, les performances cérébrales et les fonctions cognitives est démontré.

Agir Pour l’Audition, fondation reconnue d’utilité publique (1), a pour mission de sensibiliser le grand public à travers l’information, le dépistage et l’accompagnement, afin de permettre le mieux entendre tout au long de la vie.

 

La déficience auditive en quelques chiffres

La déficience auditive : un handicap qui touche 16% de la population française

Selon l’OMS, aujourd’hui, 360 millions de personnes dans le monde souffrent de déficience auditive incapacitante (2). En France, on estime que près de 10 millions de personnes sont concernées. La limitation fonctionnelle auditive est ainsi le handicap le plus répandu dans l’hexagone.
Toutes les tranches d’âge sont concernées par la déficience auditive, qui croît rapidement avec l’âge. De fait, elle touche ainsi 20% des personnes de 50 ans et 75% des plus de 70 ans (3). Dans ce contexte, la déficience auditive constitue un des enjeux majeurs de la dépendance car elle isole un peu plus les personnes âgées et renforce certaines pathologies tant au niveau médical que psychologique.

Par ailleurs, l’OMS s’inquiète fortement du risque que représentent les pratiques d’écoute de la musique pour les jeunes des pays à hauts et moyens revenus (4). Elle a ainsi indiqué le 27 février dernier que le mode de vie actuel des jeunes, conjuguant boîtes de nuit, concerts et appareils audio, concourent à endommager l’appareil auditif des adolescents et des jeunes adultes. L’OMS estime que 50% des jeunes s’exposent à des niveaux sonores dangereux et qu’il devient essentiel de mettre en place des mesures de prévention sous peine de voir apparaitre des troubles de l’audition chez des personnes de plus en plus jeunes.

Des réponses mal adaptées aux enjeux

Rappelons que la déficience auditive, non traitée, a des répercussions importantes tant sur le plan familial, social et professionnel, que sur l’état de santé des personnes atteintes. En effet, elle diminue la capacité de communication des personnes atteintes et peut obérer l’acquisition du langage. Les conséquences sociales et économiques découlant de cette difficulté majeure sont importantes.
Elle nécessite donc un dépistage et une prise en charge précoces. De fait, plus tôt la déficience auditive est prise en charge, plus efficiente est la réhabilitation. Or la déficience auditive reste en France toujours mal comprise, mal acceptée et méconnue, les réponses proposées ne sont pas adaptées aux enjeux.
Ainsi, si les surdités profondes et totales sont aujourd’hui bien prises en charges, notamment celles de l’enfant, les autres types de surdité (légère, moyenne et sévère), pourtant invalidantes, restent encore souvent trop négligées. On note par ailleurs que 5 millions de personnes qui auraient besoin de stratégies de compensation auditive (appareillage, exercices de stimulation, outils favorisant le confort d’écoute) ne sont pas appareillées. Le taux d’équipement en prothèses auditives en France a été mesuré sur la base de déclarations d’un échantillon de la population française dans le cadre de différentes études. La DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques du ministère de la santé), suite à son enquête Handicap-Santé, estime ce taux à 20% (5). L’étude Eurotrak 2015, conduite pour l’Association des constructeurs européens d’aides auditives EHIMA, affiche quant à elle un taux d’équipement de 34,1% (6).

 

Sources :

  1. Décret du 10 février 2015 paru au Journal Officiel
  2. « Surdité et déficience auditive », OMS – Mars 2015, Aide-mémoire n°300
  3. Étude quantitative sur le handicap auditif à partir de l’enquête « Handicap-Santé » – DREES, août 2014, page 18
  4. OMS, communiqué de presse du 27 février 2015
  5. Enquête Handicap-Santé 2008-2009 DREES, volet ménages et institutions – Direction de la Recherche, des  Études, de l’Évaluation et des Statistiques du ministère de la santé, France
  6. Etude Eurotrak 2015 – EHIMA, European Hearing Instrument Manufacturers Association (Association des constructeurs européens d’aides auditives)